Faire connaître l'Histoire des Soninké - Valoriser la culture et la langue Soninké.
 
La langue Soninké.

La langue Soninké.

«Une langue ne sert pas à communiquer, elle sert à être», cette réflexion exprime bien le lien profond de la langue à l’identité.
De tous les liens que nouent les hommes dans la cité, le lien de la langue est le plus fort, car il fonde le sentiment d’appartenance à une communauté.
Le soninké est la langue de la communauté soninké, elle est parlé dans les deux-tiers du Mali (langue nationale), le sud de la Mauritanie(langue nationale), une grande partie du Sénégal(langue nationale), le nord-ouest du Burkina Faso, une partie de la Gambie(langue nationale) , de la Guinée-Conakry et de la Guinée-Bissau …
Du fait de la tradition d'émigration pratiquée par les Soninké, on retrouve aussi d'importantes communautés soninkés hors de l'Afrique de l'Ouest, notamment dans la région parisienne.
C'est d'ailleurs la communauté ouest-africaine la plus représentative de la France avec notamment des sénégalais.
Il est parlé dans pratiquement tous les foyers d'immigration de la région parisienne (environ 50% de l’immigration ouest-africaine).
De même, on trouve des migrants soninkés dans la plupart des capitales africaines.
Il est connu de tous qu'une langue qui n'est pas suffisamment parlée, se perd. Le soninké est rarement écrit, elle est en perte de vitesse…
A Dakar, les Soninké maitrisent plus le Wolof que leur langue, à Bamako le Bambara devient la langue des Soninké, en Mauritanie le Peul et le Wolof séduit le Soninké au détriment de sa propre langue. En France, dans les familles Soninkés, le Français pourtant non maîtrisée par les parents immigrés, s'impose dans la communication familiale.
On se demande même comment dans une famille où ni le père ni la mère ne parle un mot français, les enfants ne sont guère capables de parler Soninké, la langue maternelle de leurs parents.
Les parents se parlent Soninké mais parlent français aux enfants. Très souvent c'est un chassé croisé Soninké-français.
Les parents parlent Soninké et les enfants répondent en français.
Très souvent, les parents rejoignent les enfants en parlant un français très "boiteux"' au point qu'ils s'en moquent en privé.
Ainsi, dans l'exode rural et dans l'immigration, la langue d'accueil éclipse le Soninké.
Quelles sont les raisons qui justifient l'abandon de la langue Soninké ?
Les parents dont les enfants ne comprennent rien au soninké sont-ils blâmables ?
Les enfants Soninkés qui ne parlent pas leur langue maternelle sont-ils fautifs ?
Enfin, quelles solutions s'offrent aux Soninkés de France aujourd'hui pour placer la langue Soninké au cœur de leurs échanges ?



M.SACKO



SONINKAXU c'est un site internet : www.soninkaxu.com * un groupe sur Facebook : http://www.facebook.com/groups/soninkaxu/

Pour tout contact : webmaster@soninkaxu.com - Copyright * Soninkaxu 2012 * Tous droits réservés.