Faire connaître l'Histoire des Soninké - Valoriser la culture et la langue Soninké.
 


Les karo. Le nom de famille Baradyi.





(Source : l’empire de Ghana. Le Wagadou et les traditions de Yéréré (Livre).

Les karo.
Les karo étaient un groupe important de Kakolo qui vivait à l’époque dans l’actuel Kaarta.
Ils s’étaient sédentarisés en partie, car ils devinrent cultivateurs. Et ils avaient guerroyé, pour défendre leur territoire contre les ethnies voisines avant l’arrivée de Dinga :
celui-ci avait vaincu les autres Kakolo, dont les Kousa, mais ne s’était pas attaqué aux Karo.
Car ces derniers étaient considérés comme « maitre du pays » dans toute la région en tant que premiers cultivateurs, possédant les « secrets » des plantes alimentaires, et effectuant certains rites pour la pluie.
Ils comportaient deux clans qui se nomment Nimaga et Sissongo et vivent encore actuellement au Kaarta, ou ils sont considérés comme les vrais fondateurs des lieux habités, et au Kaniaga.
Il y eut des alliances matrimoniales entre les Soninké et les Karo au temps de l’empire.
Nous verrons (ci-dessous) que l’un des frères de Diabé (fils de Dinga), originellement Wage, contracta une alliance matrimoniale avec une famille Karo.
Ce mariage et l’adoption de la pratique de l’agriculture eurent des conséquences sur son statut et sur celui de ses descendants.

-Le nom de famille Baradyi.
Dinga, lorsqu’il a décidé de déléguer ses pouvoirs à ses fils nés de femmes qu’il avait épousées à Dalangoumbé (lesquelles n’avaient pas de nom de clan), il transmit toutes ses connaissances à Diabé et le pouvoir de la pluie à Térékiné.
Touroumané, fils de la seconde femme, n’avait rien reçu de son père, car Sitouro avait fait en sorte que tout soit donné à Diabé ; mais ce fidele, adjoint, compagnon et ami de Dinga, connaissait « les secrets du mil » que possédait ce dernier, qui lui avaient été « transmis par la hyène et le vautour ».
Il les revela à Touroumané. Quand ce dernier arriva avec ses frères dans la région de Koumbi, il mit une patte d’hyène dans ses semences et cultiva le premier.
Encore actuellement, tous les cultivateurs demandent aux chasseurs une patte avant gauche d’hyène qu’ils placent dans les semences avant de la mettre en terre.
Peu de temps après son arrivé, Touroumané alla s’installer près de Karanguiné, ou vivaient des agriculteurs Karo ; il épousa des femmes Karo.
Cette ethnie avait des cultes et des techniques de culture ; Touroumané fut l’instigateur d’autres procédés et d’autres rituels.
Lorsqu’il se rendait aux champs pour les semailles, il apportait les grains en les mettant dans un récipient posé sur sa tête.
Après l’avoir posé au sol , il creusait quatre trous aux quatre directions de l’espace et y plaçait les graines avant d’ensemencer le reste du champ.
Il établissait des digues de terre pour permettre à l’eau de séjourner le plus longtemps possible dans les parcelles.
L’agriculture pratiquée par Touroumané l’a séparé de ses frères.
C’est à Koumbi, lorsque furent attribués les noms de clans, que Touroumané reçut le sien : BARADYI, terme qui signifierait « grand travailleur ».
Touroumané ne prit plus part aux combats et n’assuma aucune fonction publique.
Il était né Wage, mais, de ce fait, il ne fit plus partie des clans qui assumaient l’autorité et la protection militaire de l’empire.
Ses descendants furent dits Karo. Les griots Dramé des Wage furent affectés par ces derniers aux Karo : avec le titre de Karo gessere qui les distingue des autres gessere, dits wagadu (ou kaya maga) gessere.
Ce don de guessere aux Karo est associé au fait que tout Wage peut encore épouser une Karo, comme le fit leur ancêtre Touroumané, puis les membres des clans Baradyi.
Or, les deux clans Karo, Nimaga et Sissongo, qui se marient entre eux et épousent des wage, n’épousent des Wage, n’epousent en aucun cas ni des Kakolo, ni des Kousa, qui furent conquis, matés par Dinga, et colonisés par Diabé.


M.SACKO



SONINKAXU c'est un site internet : www.soninkaxu.com * un groupe sur Facebook : http://www.facebook.com/groups/soninkaxu/

Pour tout contact : webmaster@soninkaxu.com - Copyright * Soninkaxu 2012 * Tous droits réservés.