Faire connaître l'Histoire des Soninké - Valoriser la culture et la langue Soninké.
 
Facebook
L’excision des filles chez les Soninké.





L’excision des filles chez les Soninké.
L’excision se définit comme une mutilation génitale féminine. Elle est interdite en France et dans quasiment tous les pays.
L’excision serait pratiquée depuis des temps très anciens, dans l’Egypte pharaonique et peut-être même dans l’europe du paléolithique (Erlich M., La femme blessée, éd. l’Harmattan), bien avant l’apparition des religions chrétienne et musulmane.
Chez les soninké l’excision serait une ancienne pratique animiste ce n’est sans doute pas un apport de l’islam, car ce sont des personnes venus du Maghreb qui ont enseigné l'islam aux Soninkés du temps de kaya makan CISSE or, ces Maghrébins (probablement de rite malékite) ne pratiquaient pas l'excision.
D’ailleurs en arabie saoudite, berceau de l’islam, l’excision n’est pas pratiquée. Ses débuts et son sens premier restent incertains.
Il y a certainement de multiples origines.
Je vais néanmoins mettre en évidence une qui me semble la plus importante, car fondatrice de la tradition soninké.
Elle repose sur le mythe qui relate son apparition.
Une origine biblique, à partir de la corne orientale de l’Afrique :
On raconte que l’épouse d’Abraham (Ibrahima) nommée Sarah était une femme d’une grande beauté.
Le roi Abdeler, fou de désir, avait tenté de la posséder en vain, car elle était protégée par des pouvoirs surnaturels.
Pour lui prouver son amour, il lui offrit une jeune esclave, Hadiara, à laquelle Sarah s’attacha au point de demander à son mari de la prendre comme seconde épouse afin de leur donner un enfant, Sarah étant stérile.
Abraham eut donc un fils nommé Ismaël de sa seconde épouse et par la suite, Sarah eut à son tour un fils, Isaac.
Devant l’entente qui s’affirmait entre son mari et Hadiara, la jalousie grandit dans l’âme de Sarah et elle décida de faire exciser sa rivale qu’elle chassa ensuite.
On peut trouver d’autres versions de la légende dans lesquelles, Sarah aurait fait percer les oreilles de son esclave.
Plus tard, lorsqu’Ismaël décida de prendre une épouse, sa mère Hadiara lui dit :
“Nous sommes tous des circoncis, hommes et femmes et nous n’épousons que ceux qui le sont”.
Les femmes se circoncirent et Ismaël les épousa. Il en eut douze princes.
Devant cette postérité, qui signait pour ce peuple l’assentiment de Dieu pour les pratiques de circoncisions féminines et masculines, cette coutume se répandit dans les contrées avoisinantes.
Il est vrai aussi que les soninké appellent "sallinde" l'excision, comme la circoncision ("rendre apte à la prière").
On peut dire c'est une innovation ancienne des Soninké, et non pas un commandement de l'islam.
Avant chez les soninké l’excision comme la circoncision des garçons, correspond à un rite initiatique, permettant une « incorporation identitaire » garante d’une cohésion sociale.
L’excision ne présente plus les caractéristiques d’un rite initiatique ni dans sa forme ni dans son contenu.
Elle est cependant toujours considérée comme la forme féminine de la circoncision donc, sur le plan symbolique, marqueur identitaire absolu.
Aujourd’hui, l’excision est vécue comme un acte maltraitant effectué sur les filles.
L’excision est vécue comme une atteinte grave à l’intégrité corporelle et à la dignité de la personne.
L’excision est vécue comme une agression spécifiquement dirigée contre les femmes. L’excision est accusée d’enlever à la femme toute possibilité d’accès au plaisir sexuel.
L’influence négative de l’excision sur la sexualité des femmes n’est pas reconnue par tous.
L’intention affirmée n’est pas d’empêcher la femme d’avoir du plaisir, mais de supprimer une forme de sexualité autoérotique pour en développer une autre essentiellement tournée vers la reproduction.
On attribue toujours à l’excision le pouvoir de rendre la femme maîtresse d’elle même.
Cependant la représentation de la sexualité change et l’excision commence à être considérée comme un handicap à une sexualité épanouie.


M.SACKO 12/12




SONINKAXU c'est un site internet : www.soninkaxu.com * un groupe sur Facebook : Facebook

Pour tout contact : webmaster@soninkaxu.com - Copyright * Soninkaxu 2012 * Tous droits réservés.


- - -