Faire connaître l'Histoire des Soninké - Valoriser la culture et la langue Soninké - Promouvoir et Partager les valeurs du Soninkaxu.
 

Diaméra Sokona. Le nom de famille Sokona.



Diaméra Sokona :(le tunka de la générosité et de l’élégance). Le nom de famille Sokona.
Source : l’empire de Ghana. Le Wagadou et les traditions de Yéréré (Livre).

« Diaméra Sokona, fils du premier fade du Manga, bonsoir
Diaméra, fils de Birama, bonsoir
Savant, scrupuleux, sérieux, réfléchi, bonsoir
Diaméra, fils de Birama, fut le premier à donner sa fille qui était belle « aux seins pleins » à Bida.»
Diaméra Sokona est né en Egypte, à Nakata ; il vint au monde avec la richesse, les vertus guerrières et la générosité.
Les dimo du Wagadou se rassemblèrent pour se rendre auprés de Diaméra Sokona, ils discutèrent sur l’état de Wage :
« Certains dirent qu’être Wage c’est être riche
Diaméra Sokona répondit non : c’est être généreux et non riche,
Certains fils de gessere dirent qu’être Wage c’est être riche en hommes
Diaméra Sokona répondit non : c’est être généreux et non riche en hommes,
Certains d’entre eux dirent que c’est être chef de guerre
Diaméra Sokona répondit non, non : c’est être généreux et non chef de guerre,
Et il dit que la générosité, c’est la méditation, la réflexion et la clairvoyance.
Les gessere dirent que, de ceux qui réfléchissent et qui méditent, le plus éminent fut Diaméra Sokona, fils de Birama.
Les Sokona, qui ne sont plus très nombreux actuellement, ne faisaient pas partie des six clans « nobles » wage.
Ils furent très honorés, car ils descendaient de Diaméra qui fut le premier à donner sa fille à Bida pour assurer la solidité de l’empire lors de sa fondation :
le nom qui sera celui de son clan, Sokona, lui fut attribué ce jour-là.
Diaméra a remporté la victoire à : Sylla, Dyagouraga, Tambankoli et Banthi. Ces noms sont devenus les « titres d’honneur » et plus tard les patronymes de clans descendants de Sokona. « Diaméra Sokona, fils de Birama, tu fus ce tounka généreux, fils à la fois de « genie » et d’homme.
Quand on amena le sawane merveilleux du Wagadou, ils dirent de le donner à Diaméra Sokona, car c’est un tunka de la générosité et de l’élégance ; vainqueur à Segata, Segama, Sallara.
A quoi ressemble le sawane ? (tallige, lutilinke, banya do mebure do sanxo.)
La jument sawane est la monture la plus fameuse :
Le cheval rouge était pour pour la bataille, le blanc pour la parade et le caracolement ; le sawane était un cheval intelligent. Les quatre termes qui le caractérisent sont actuellement intraduisibles, car ils évoquent les bruits des sabots du sawane quand il marche ou galope, lesquels ont valeurs de discours, de paroles, de prédiction. Les martèlements que font les sabots de ce cheval sont différents de ceux des autres coursiers. Les descendants de Dinga qui vivaient au Wagadou comprenaient aussi ses hennissements. Dans une bataille, celui qui montait un sawane devait, dit-on, sortir indemne du combat. C’est debout sur cette monture, que Diaméra Sokona énonça des incantations adressées aux végétaux qui se trouvaient sur le champ de bataille pour les transformer en guerriers. Seuls trois végétaux n’ont pas obéi à son injection : ils se sont déformés, rabougris et sont devenus les interdits de tous les wage. Mais Diaméra Sokona, aidé par les « guerriers miraculeux » qui avaient obéi, eut la victoire.

« Diaméra Sokona aux 9 calebasses
Diamera Sokona aux 9 graines de calebasse
Diaméra Sokona aux 9 étoiles (les pléiades)
Diaméra Sokona aux 9 étoiles « changeantes » (les planetes)
On demanda : que signifie tout cela ? »
-9 calebasses, soit 9 lieux-dits où se sont déroulés des combats.
-9 graines d’une plante nommée kobu en Soninké. Il s’agit d’un grand arbre du Sahel qui poussait près de l’eau. Diaméra Sokona avait confectionné une amulette avec 9 graines de son fruit.
-9 étoiles : il s’agit des Pléiades.
-9 graines, en relation avec les Pléiades. Il s’agit là des céréales cultivées : Les tas de récoltes sont toujours associées à cette constellation.
-9 étoiles « changeantes » waro. Il s’agit des planètes qui déterminent des calendriers.

« Les Manga étaient 9 999
9 montaient des chevaux bais, 9 montaient des chevaux blancs
Les dignitaires hida étaient 12
Les grands fado étaient 4, les djuwara étaient 4
Il y avait 7 prêtres garants des interdits et leurs 7 assistants
Il y avait 7 hommes et 7 femmes qui accompagnaient les mariages et aussi 7 filles belles et fortunées (portant les « corbeilles de la dot » qui présidaient chaque mariage).
Les Fassamakhé Djobakhé étaient fils de hida
Les Kanoubakhé Djobakhé étaient aussi fils de hida ».


M. SACKO 12/12



SONINKAXU c'est un site internet : www.soninkaxu.com * un groupe sur Facebook : http://www.facebook.com/groups/soninkaxu/

Pour tout contact : webmaster@soninkaxu.com - Copyright * Soninkaxu 2012 * Tous droits réservés.